Une silencieuse solitude

Slide 1

“Il n’est pas bon que l’homme soit seul…” me glissa jadis ma mère, citant Dieu.

*

Grâce à l’héritage reçu d’elle (pas Dieu, ma mère), disparue en début d’année dernière, j’ai pu faire une pause de quelques mois dans le travail qui du coup ne me paye plus durant ce temps d’une sorte de préretraite.

Au même moment, ce blougui a marqué lui aussi une pause. Je n’ai même pas marqué son dixième anniversaire au début du mois d’avril dernier.

Une certaine lassitude, due en partie à une certaine solitude.

En 10 années, abcdetc a publié plus de 3000 articles. 3288 exactement avant celui-ci. Sans jamais réunir autant de lecteurs. Le maximum de fréquentation fut atteint lors de mon passage à la radio (il y a plus de 8 ans déjà) avec plus d’un millier de passages ce jour-là. Passages furtifs. Aujourd’hui, vous êtes 25 abonnés…

Je ne rêvais ni de gloire, ni de succès. Juste de pouvoir m’exprimer et être quelque peu entendu. Peut être identifié, apprécié, reconnu et accompagné vers un ailleurs utopique que je ne sais moi même pas vraiment définir sans aide.

J’espérais être lu. Et compris. À travers le partage d’un regard sur le monde qui disait quelque part : “regardez moi” (ou regardez voir ? que j’avais proposé d’intituler plutôt écouter voir, mais fin de la parenthèse).

Aujourd’hui, je regarde parfois mes semblables dans le bus, rivés à leur téléphone portable où il font défiler les “posts” de leur fil facebook ou twitter à une cadence folle. Leur temps de lecture moyen avant de bouger le pouce est d’une dizaine de secondes. Que pourrais-je dire de lisible en 10 secondes ?

Rien.

Alors je vais retourner au silence. Dans lequel je tente, maladroitement, laborieusement, approximativement, d’écrire encore. Et encore.

Pour ce faire, je retourne à ma solitude. Et aux mots qui s’y brouillonnent encore.

Avec cette dernière image, pour marquer l’anniversaire du “grand pas” sur la lune d’une humanité qui n’en finit pas de trébucher sur terre.

Une image de Michael Collins, celui des trois astronautes de la mission apollo 11 qui ne marcha pas sur la lune le 20 juillet 1969, restant à bord de la capsule en orbite autour de notre satellite. Seul.

Même certains de mes confrères n’hésitent pas à illustrer leurs articles sur l’homme le plus seul au monde depuis Adam avec cette photographie, elle ne date pas de juillet 1969. Les selfies n’étant pas encore répandus à l’époque, elle a été prise avant le décollage, en juin, lors d’une séance d’entraînement à Cap Kennedy (Floride).

Mais c’est bien durant sa solitude que Michael Collins a pris cette photo-là…

… d’un coucher de terre qu’il fut le seul alors à pouvoir admirer. Et qu’il a partagé avec nous.

Pour ma part, je poursuis mon entraînement.

Ma mère avait raison…

(Photo : NASA, Michael Collins)

Peu de temps avant la pause, la rubrique souvenirs avait trouvé 6 versions de Wish you were here des Pink Floyd.

Aujourd’hui, je ne vous propose que quatre versions d’un autre titre, d’un autre album, plus en rapport avec l’actualité du jour et d’il y a 50 ans : Breath, extrait de Dark side of the moon.