Dites 33

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5

“Bébé Cadum, ou plutôt le Cristi, puisqu’il faut, à notre époque, l’appeler par son nom, avait trente-trois ans. La barbe eût donné à son visage un aspect sinistre sans le sourire enfantin que dessinaient ses lèvres.”
Robert Desnos

“Ce soir j’attends Madeleine
C’est trop tard pour le tram trente-trois…”
Jacques Brel

*

J’ai commencé la journée avec l’évocation d’un 33 tours de jadis.

Puis j’ai fêté les 33 ans de ma fille et de ma paternité.

Puis j’ai trouvé les photos du jour. Enfin, d’il y a 2 jours, quand le monde marquait le “Safe abortion day”.

Enfin quand je dis le monde… Si l’Organisation mondiale de la santé consacrait bien une page en anglais à cet événement annuel, dans la section française je n’ai trouvé que ce communiqué de presse pour le 28 septembre.

L’avortement sûr et gratuit pour toutes les femmes serait donc, grâce à la loi Veil de 1975, devenu un combat d’arrière-garde ? Pas si sûr, quand on voit l’offensive menée par les opposants à l’interruption volontaire de grossesse dans bien des pays, où la législation vacille. Et où le soutien des opinions publiques à l’IVG “fléchit”. Y compris chez nous…

Pas encore de quoi enrager. Mais assez de signaux d’alerte pour rester vigilant(e)s (au masculin comme au féminin…)

Sur notre planète, ce sont encore plus des deux tiers des pays où le droit à l’avortement est limité, voire complètement bafoué. Autant de femmes qui n’ont pas droit au choix de leur grossesse et de leur maternité.

Au Mexique, où l’avortement n’est autorisé que dans la capitale et un état du sud, des femmes sont encore condamnées à de la prison pour avoir osé choisir de ne pas être mère. Et les promesses électorales du président Andrés Manuel Lopez Obrador risquent de ne se traduire que par une “consultation populaire” sur le sujet.

Plusieurs centaines de femmes, militantes féministes ou non, ont dont manifesté lundi dans les rues de la capitale, pour réclamer encore ce droit à un “avortement, légal, sûr et gratuit”.

Un combat plus vital que celui pour l’écriture inclusive mené en ce moment par chez nous. Et plus violent, si l’on en croit certaines images des affrontements des femmes avec la police.

abcdetc s’associe – modestement – à ce combat-là. Avec une pensée pour toutes les femmes du monde et leur liberté de choix. Et aussi pour tous les hommes, qui portent une certaine part de responsabilité, dans la maternité comme dans le droit qu’ils dénient aux femmes.

Et une pensée particulière pour cette enfant de 33 ans aujourd’hui, qui a pu choisir tranquillement de devenir – bientôt – mère à son tour.

(Photos : Ulises Ruiz, Diego Simón, Ulises Ruiz, DR)

Et donc, il y a trente-trois ans, dans le ventre de sa mère, ma fille dansait déjà là-dessus :