La vie en rose ?

Slide 1

“Quand il me prend dans ses bras
Il me parle tout bas
Je vois la vie en rose…”
Edith Piaf, La Vie en rose

*

(Préambule après la citation du jour : je n’allais pas surcharger d’écriture inclusive les paroles d’Edith Piaf, mais ses mots fonctionnent en réciproque.)

Il y a parfois des coïncidences dans les photos d’actualité qui inspirent ce blougui jour après jour. Ainsi, peu après avoir pris de la hauteur hier, avec les photos plongeantes de Ovidio Gonzalez à Bogotá, j’ai trouvé une autre photographie aérienne, prise à quelques 4000 km plus au sud, sur le même continent.

Une image très rose, comme vous pouvez le voir par vous-même.

Mais pas que…

Cette photographie aérienne de la lagune de Cerro, au Paraguay, date de mercredi dernier. Mais la teinte rose des eaux avait été remarquée bien avant, comme en témoignent les photographies publiées le 5 août dernier sur Instagram, par Jorge Saenz, lui même alerté par sa compagne.

 

Photos accompagnées de quelques mots de dénonciation : “Avec cette pandémie, plus rien ne nous étonne. Waltrading pollue tout sans vergogne…”

Ce sont en effet les rejets de l’entreprise Waltrading Tannery Company, la tannerie locale qui exporte ses cuirs dans le continent entier, qui ont contaminé les eaux, entraînant l’extermination des poissons (remplacés par des nuages de mouches), et empuantissant les environs. Comme quoi le rose ne sent pas toujours la rose.

L’une des photos a été très vite relayée par … Leonardo DiCaprio…

 

Voir cette publication sur Instagram


… entraînant à sa suite d’autre relais, republications et réactions, dont (entre autres) celle de Nicole Huber, Miss Paraguay 2011, qui s’est rendue sur place pour dénoncer le “terrorisme environnemental” de Waltrading.

Et, grâce à cette exposition internationale, les habitants de Limpio, la ville où se trouve cette lagune rose, ont pu enfin voir se mettre en place une solution à cette catastrophe écologique à laquelle ils assistaient et qu’ils subissaient, impuissants, depuis plusieurs mois. Des mois de pollution et d’inaction des autorités locales, plus sensibles aux arguments financiers de l’entreprise qu’aux plaintes des riverains.

Aux dernières nouvelles, la tannerie s’est vu retirer enfin sa licence d’exploitation. Et a cessé son activité. Et de polluer les eaux de la lagune

Il reste à réparer les dommages, plus profonds que la lagune, qui sont, selon les spécialistes, “si importants que toute la vie aquatique a été détruite”.  La seule solution, selon les mêmes experts, serait de retirer toute l’eau du lagon pour la remplacer avec de l’eau claire.

Et ça risque de coûter plus cher que les moyens de la municipalité de Limpio le permettent. Et j’ignore si Waltrading sera condamné à remettre le site en état.

Il n’y a aucune réelle morale à cette histoire. Sauf la timide conviction qu’une photo peut – un peu – changer le monde. Modestement. Comme le fameux battement d’une aile de papillon. Et, si abcdetc n’a aucune prétention à avoir une influence comparable à celle d’un acteur étasunien (sans parler du talent) ou d’une Miss Paraguay (ou d’ailleurs), je continuerai à vous glisser un peu de rose ou d’autres couleurs. En espérant en donner au monde. Ou plus modestement à vos sourires.

(Photos : Jorge Saenz, DR)

“Le monde nous envoie ses déchets, nous lui renvoyons de la musique” : telle est la devise de l’orchestre de Cateura, un quartier pauvre d’Asunción. Ailleurs au Paraguay.

Un orchestre aux instruments fabriqués à partir de matériaux recyclés, comme le montre ce reportage.

Pour offrir une musique intacte.

Le monde a du potentiel…