Ça sent le sapin pour Jésus

Slide 1

“Tant crie-t-on Noël qu’il vient.”
François Villon, La Ballade des proverbes (1458)

*

J’ai failli me répéter, à près de 10 ans d’écart. C’est dire si mon radotage peut remonter à loin…

Ne sachant trop quoi allumer comme lumière en ce samedi de pré-déconfinement et de retour de la consommation (pas vraiment) triomphante et à la veille du premier dimanche de l’avent, que ceux qui croient encore ou font semblant sont priés de fêter par paquet de 30 maximum, j’ai commencé à regarder du côté des sapins de Noël dont les érections se multiplient à travers le monde à moins de 4 semaines de l’anniversaire présumé du petit Jésus.

Et puis j’ai renoncé à refaire ce que j’avais donc fait il y a 10 ans déjà, lorsque abcdetc était ouvert même le dimanche. Et qui s’était prolongé le dimanche suivant avec une série de Pères Noël. J’ai juste mis à jour ces deux billets qui avaient un peu souffert (moins que moi) du passage du temps.

Je vous propose quand même une des photos, tristement d’actualité, que j’ai trouvée en Allemagne avant d’interrompre ma recherche.

Une actualité dont certains collègues du web semblent l’ignorer, comme ce site qui vous propose une vingtaine de destination pour Noël, dont aucune ne se trouve à moins de 20 kilomètres de chez moi.

Bref. Et alors ?

Alors, pas grand chose.

Mais en voyant ces sapins qui nous rappellent que Noël fut d’abord une fête païenne puis ces Pères Noël qui font tellement la promotion des célébrations consuméristes de notre époque, je me suis demandé où était passé le petit bonhomme censé nous apporter l’espoir d’un monde plus juste et plus aimant. C’est pourquoi je suis juste allé photographier la minuscule crèche qui reste accrochée sur l’un de mes murs toute l’année.

Comme un timide signe d’espérance que je ne remarque pas tous les jours mais que, grâce à vous, j’ai attentivement regardé aujourd’hui.

Merci de ça.

Doux préparatifs de Noël…

 (Photos : Thomas Trutschel, Jean-Robert Chauvin)

Quitte à me répéter et comme j’ai retrouvée intacte cette mosaïque de reprises publiée la veille de la série sur les sapins, je me suis offert un copier-coller tranquille qui me permet à la fois de m’offrir un moment de paresse, de glisser un message subliminal si vous le désirez et (avec juste un peu d’avance) de saluer John Lennon, qui nous a quittés il y a presque 40 ans, le 8 décembre 1980…

Stand by me, par (dans un ordre presque chronologique) :

  1. Ben E. King, 1961
  2. Mohamed Ali (né Cassius Marcellus Clay), 1964
  3. John Lennon, 1975
  4. Ry Cooder, enregistré à Hambourg, où les Beatles quelques années plus tôt, gnagnagna gnagnagna…, en 1977
  5. Willy DeVille, en 1982
  6. Aaron Neville, en 2006
  7. Tracy Chapman (une habituée!) dans Taratata, en 2009
  8. Adriano Celentano, qui n’avait pas perdu de temps pour traduire Stand by Me par Pregherò, quelque part à la télé en 1963, si j’en crois la légende sur youtube
  9. 35 musiciens à travers le monde “réunis” en 2008 pour le premier morceau
  10. du projet Playing for Change