Ça va bien aller

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17

“Je t’aime,
comme le soleil aime la pluie
comme la pluie aime le soleil.
C’était pas gagné
et puis l’Arc-en-ciel.”
Anonyme (ou presque)

*

J’aime bien les coïncidences (comme le hasard qui cligne de l’œil) au point d’en inventer au besoin. Mais celle-ci est réelle : alors que je recherchais hier des dessins d’arcs-en-ciel, en Angleterre puis ailleurs, j’ai reçu la citation du jour. Telle quelle ! Je n’en ai pas retrouvé l’origine mais je remercie encore celle qui me l’a transmise.

En toute discrétion, bien sûr.

Et pourquoi donc que tu en cherchais des dessins d’arcs-en-ciel ? pourraient me demander les quelques lectrices (et teurs) égaré(e)s (ou pas sur cet article de weekend commençant.

Parce que je venais d’en trouver un premier dans une galerie de photographies d’actualité de confrères qui, de fil en aiguille, m’avait emmené jusqu’au site du Victoria and Albert Museum (V&A), lequel propose jusqu’au 21 février prochain une exposition de ces arcs-en-ciel dessinés et exposés par les enfants pendant le ou les confinement(s) de cette étrange année. Des dessins apparus d’abord en Lombardie, accompagnés du message “‘Andrà Tutto Bene”, traduit par “All Will Be Well” par le musée pour nommer son exposition.

Et que j’ai à mon tour traduit à ma manière pour le titre du jour, avant d’aller chercher quelques images complémentaires à celles proposées par le musée. Pour arriver à 17. Parce que c’est un nombre que j’aime bien et qu’au delà d’un certain nombre d’images, vous n’aurez pas le courage de tout regarder…

Je vous ajoute, quand même, une 18e photographie. Celle qui accompagnait la citation du jour sur la page où je l’ai retrouvée.

Une belle coïncidence.

(Photos : Tristan Fewings, Juliette Lee, Mike Kemp, Alex Burstow, Al Bello, DR)

PS : La source de la citation  m’ayant été redonnée, j’ajoute une 19e image, extraite du site de son auteure, Petite Poissone :

Et ce sera tout pour aujourd’hui.

La même mosaïque de reprises de Somewhere over the Rainbow est déjà passée deux fois dans ces pages (en 2018 et en 2010). Alors, même si “jamais deux sans trois” (ou toi ?) et que je ne rechigne pas à la répétition, j’ai quand même cherché autre chose.

Et j’ai trouvé une chanson qui n’est pas un vrai souvenir puisque je ne la connaissais pas, mais qui peut le devenir :

I’m Always Chasing Rainbows, par :

  1. Alice Faye dans Rose of Washington Square (1939)
  2. Betty Grable et John Payne, dans The Dolly Sisters (1945)
  3. Judy Garland, dans Ziegfield Girl (1946)
  4. Puddles Pity Party, qui reprend la reprise faite par Alice Cooper (2018)
  5. La Barbershop Harmony Society qui mérite plus que ses 263 vues du moment (2019)
  6. Daniil Trifonov, interprétant la Fantaisie-Impromptu de Frédéric Chopin en do dièse mineur, Opus posthume 66, dont serait inspirée la mélodie de la chanson du jour (d’après mes sources et malgré mon oreille pas vraiment absolue..)