Méfiez-vous des contrefaçons !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

“Piou – Piou – Piou – Piou – Zioup – Piou – Zioup – Piou – Piou – Piou – Piou”

*

C’est quand même quelque chose ! En cherchant une explication à la “citation” du jour, qui m’est venue en rapport avec le titre que je pensais donner à ce billet (Le vrai, le faux…), je suis arrivé sur une page… d’abcdetc, qui portait ce même titre et qui commençait avec une autre série de Piou et de Zioup…

Comme quoi, quand je vous répète que je me répète.

Sauf qu’il y a quatre ans, je n’avais donné aucune explication aux Zioup et aux Piou. Alors, puisque j’ai une chance de me rattraper. Et puisque je vous ai trouvé cette vidéo, presque explicative :

Il vous suffit de remplacer les Tip par des Piou et le Zwip par un Zioup. C’est clair ?

Ensuite, pour avoir le jeu du vrai et du faux et faire deviner la différence entre les deux, vous ne changez rien au cheminement des Piou-Zioup (ou des Tip-Zwip) dans les deux versions, la vraie comme la fausse. La seule différence, c’est de dire “Regarde !” quand vous annoncez la vraie.

C’est compris ?

Sinon, je vous réexplique dans 4 ans.

Tout ça pour introduire ce billet autour du vrai et du faux. Auquel j’ai quand même donné un autre titre qu’il y a 4 ans !

Rassurez-vous : Je ne vais pas parler des vrais ou faux vaccins, pour éviter toute polémique, tout risque d’être fusillé pour atteinte au moral de la nation ou toute censure par les moteurs de recherche. Ce qui m’empêcherait surtout de retrouver ma trace 4 ans plus tard.

Je ne parlerai pas non plus des vrais ou faux essentiels, à propos desquels divergent (et c’est beaucoup, comme disait Desproges) ceux qui nous commandent et nous qui sommes censés obéir et qui tentons de vivre. Quoi que, personnellement, je me perds encore un peu dans mes propres essentiels.

Je ne parlerai que (et vous l’aviez sans doute deviné en voyant les images ci-dessus) des Pères Noëls.

Tous ces Père Noël qui défilent dans nos rues, dans nos commerces tellement essentiels, sur mon écran d’ordinateur et dans le monde entier. Comme aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, au Danemark ou en Malaisie, où ils respectent tellement la distanciation sociale ou les gestes barrière, ou en Angleterre, en Italie ou en Suisse, où ils sont passés au télé-travail à travers les outils numériques “modernes”.

J’aurais pu vous en proposer bien d’autres. Avec tous ce même point commun : ils sont faux ! Archi-faux ! Car le vrai Père Noël n’a aucun besoin de se protéger d’un virus qui ne le concerne pas, tellement il est surhumain. Voire extra-humain.

Et c’est comme ça qu’on peut le reconnaître, dans son insouciance devant la contamination. Comme ici, à Gaza (en pseudo Palestine) :

Le problème étant cependant que les Palestiniens croient de moins en moins au Père Noël !

Et Zioup…

(Photos : Lucy Nicholson, Jose Luis Gonzalez, Ricardo Moraes, Henning Bagger,
Lim Huey Teng, Toby Melville, Guglielmo Mangiapane, Arnd Wiegmann,
Ismael Mohamad)

En plus des gestes barrières, de la distanciation de nos contacts, du masquage de nos sourires, de la numérisation de nos vies, des interrogations sur l’essentiel, il y aussi quelques nouveaux anglicismes qui nous auront encore grignotés cette année, comme les clusters, le tracking ou le cash and carry.

Cash and Carry, c’est le titre de ce morceau de Bantu, la nouvelle révélation de l’afrobeat nigérian, extrait de son dernier disque, Everybody get agenda.

(Ce qui me fait penser au passage que je n’en ai toujours pas vraiment un… Au cas où vous voudriez prendre rendez-vous !)