Divin enfant ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7

“Laissez venir à moi les petits enfants, car le Royaume des Cieux leur ressemble.”
Jésus (selon un certain Marc)

*

Si j’ai quelques doutes à propos de Dieu (père, fils ou saint esprit) sur lesquels je ne reviendrai pas en cette veille de Noël, je n’en ai par contre aucun en ce qui concerne la (ou les) religion(s), dont je pense qu’elles sont aussi proches du divin que je ne le suis du prix Nobel. (Veuillez m’excuser pour la comparaison hasardeuse.)

Pour ne parler que du christianisme, en fête donc aujourd’hui et dans le rite duquel je fus jadis baptisé, l’opulence dans laquelle il continue “d’évoluer” en même temps que le manque d’incarnation de ses prêtres me semblent aux antipodes de la vie de Jésus telle qu’on nous la raconte (comme moi et la gamine australienne d’hier).

Bref.

Lundi dernier, lors de la rencontre avec le “petit” personnel du Vatican, le patron de la multinationale, alias le pape François, a cru malin d’essayer d’imiter le dénommé Jésus, en demandant à laisser venir à lui le gosse d’un de ses employés.

Lequel gosse n’a pas paru convaincu.

Pas plus que moi.

C’est tout ?

Oui.

(Photos : Franco Origlia)

Le pape en concert ? Oh non, de grâce (divine) !

J’aurais pu aller dénicher un autre Argentin, chanteur de tango par exemple. Mais ça a déjà été fait dans cette rubrique. (Même si ça fait un certain temps…)

Alors, je suis resté en Italie et, puisque Noël commence ce soir, je vous offre un premier cadeau, à partager avec la lectrice qui m’a fait découvrir Carmen Consoli : l’intégrale de son concert du 15 juillet 2001 dans l’amphithéâtre de Taormine, qui donna lieu au premier album live de la chanteuses, L’anfiteatro e la bambina impertinente. Dont même moi j’arrive à traduire le titre (mais pas toutes les paroles…).

La qualité de la vidéo est médiocre, mais pas celle de la prestation.