On fait ce qu’on peut…

Slide 1

“Quand on fait ce qu’on peut, on fait ce qu’on doit.”
Madeleine de Scudéry (1607-1701, soit une sacrée longévité pour son époque…)

*

J’avoue avoir fait la connaissance de Madeleine de Scudéry grâce aux 15 citations que Le Parisien a retenues d’elle, dont j’ai pour ma part retenu celle ci-dessus, à cause de son rapport avec le titre du jour.

Titre de Noël pour m’excuser de ce billet aussi tardif qu’il sera laconique. Je n’ai que peu de choses à ajouter à cette introduction comme à l’image du jour, que j’ai trouvée il y a quelques jours à peine, en, provenance d’Irlande. De Galway, pour être précis. Et ne faites pas attention à mes fautes de prononciation : je n’ai jamais réussi à prendre que l’accent indien, et encore imparfaitement.

Photo irlandaise donc. Et également de Noël, je le rappelle pour les rares exceptions qui auraient pu l’oublier tout en étant venus s’égarer ici.

Photo de Noël à cause de l’âne qui nous rappelle le dénuement de ce gosse qui nous rappellera quelques années plus tard qu’il nous faut nous aimer les uns les autres.

Je sais, j’extrapole et j’anticipe. Et l’âne n’est pas gris comme dans la chanson. Et il n’y a pas de bœuf. Et où sont passés les parents de Jésus ? Et est-ce que la petite Sofia (elle s’appelle Sofia) peut vraiment passer pour notre prochaine sauveuse ? Et qu’est-ce que ce bonnet ridicule sur la tête de l’âne ?

Pour la dernière réflexion-question, je ne vous la (le) fait pas dire. Mais pour le reste, je vous renvoie au titre du jour : j’ai fait ce que j’ai pu. Et ce que j’ai dû, si j’en crois Madeleine de Scudéry, avec laquelle je me sens d’accord. Précieuse ou pas…

Que Noël vous soit lumineux.

(Photo : Clodagh Kilcoyne)

Et avec ça ?

Une petite ballade irlandaise, avec un extrait du concert offert par Lisa Hannigan en mai dernier dans la National Gallery of Ireland… Sous le titre #Courage, un mot qui devrait être encore bien utile dans les mois qui viennent.

Et si vous aimez, le concert entier est par ici.