Petite année : Janvier

Slide 1

“Les plus sous-doués d’entre vous auront remarqué que janvier débute le premier. Je veux dire que ce n’est pas moi qui ai commencé.”
Pierre Desproges

*

Comme aurait dit Madeleine de Scudéry, que je ne vais quand même pas citer deux jours de suite, je fais ce que je peux.

J’ai donc réussi à trouver une citation de janvier pour introduire cet article de rétrospective annuelle, que j’ai aussi réussi à fabriquer malgré l’absence totale de billets dans ce blougui au mois de janvier 2020. Comme pendant plusieurs mois d’ailleurs.

Grâce à plein d’autres rétrospectives réalisées sur plein d’autres sites par des collègues, confrères et consœurs qui n’ont pas arrêté de travailler pendant plusieurs mois. Eux.

Et grâce à une certaine opiniâtreté, j’ai même réussi à ne trouver que des images joyeuses pour illustrer ces 12 mois écoulés. Et aucune qui ne parlera de l’événement sanitaire de l’année. Pour éviter de nous en remettre une couche, un masque, une pièce dans le juke-box de la polémique et de l’opposition manichéenne entre la doxa et le complotisme, tellement bien résumées et démontées dans cet article. Qui sera le dernier sur le sujet durant ces 12 jours, promis ! Sans cracher, parce qu’après c’est moi qui doit essuyer l’écran.

Bref.

Je crois même que j’ai réussi à trouver 12 photos dans 12 pays différents. Et je commence donc -enfin – cette rétrospective au Népal, À Katmandou, précisément où les enfants ont le droit décrire sur les murs à l’occasion du festival Shree Panchami. Une fête dédiée à Sarasvati, a divinité hindoue de la musique, de l’art, du savoir, de la sagesse et de l’apprentissage.

Une sacrée source d’inspiration  pour moi qui ai encore tellement à apprendre. Même si je me méfie un peu de l’hindouisme extrémiste actuel.

(Photo : Subash Shrestha)

Et comme jadis, durant cette rétrospective la rubrique musicale rendra hommage à des musiciens qui nous ont quitté cette année;

Parfois sans qu’on s’en aperçoive, comme Neil Peart, batteur et parolier du groupe Rush, disparu le 7 janvier et dont je n’ai fait la connaissance qu’en ce mois de décembre.


Et pour mémoire, la carte du jour de la “petite année” :