Besoin de couleurs ?

Slide 1

“Ce qu’il y a de difficile, pour un homme qui habiterait Vilvoorde et qui voudrait aller à Hong-Kong, ça n’est pas d’aller à Hong-Kong, c’est de quitter Vilvoorde.”
Jacques Brel

*

Même si je quitterais volontiers l’endroit où je vis actuellement, je n’ai aucune envie d’aller à Hong-Kong, surtout en ce moment…

Et, même si je suis “officiellement” Citoyen du Monde, je n’ai pas vraiment l’âme touristique. Dans les pays les plus pauvres, je me sens déplacé, décalé, mal à l’aide avec les inégalités de la mondialisation qui me permettent de voyager dans des endroits dont les habitants sont loin d’avoir la possibilité réciproque. Et je ne suis guère attiré par les pays les plus riches. Et puis, en ces temps de pandémie mondialisées, le monde  est difficilement accessible, et quelque peu monotone.

Cependant, grâce aux photographes qui l’arpentent, je peux regarder le monde, en apercevoir quelques contours, en capter quelques histoires, en évoquer les couleurs…

Non, je ne vous parlerai pas de l’invasion du Capitole étasunien, haute en couleurs, abondamment relayée par mes confrères, mais des 272 marches de l’escalier monumental des Grottes de Batu, à quelques kilomètres de Kuala Lumpur, en Malaisie,

Escalier que les agents du site ont entrepris de nettoyer pour raviver ses couleurs, en espérant pouvoir accueillir de nouveau les touristes, dont pas moi, donc, mais peut être vous ; qui sait ?

J’ai appris au passage que ces marches monumentales ont été peintes récemment, ce qui n’a pas été du goût de tout le monde, notamment de celui des autorités gouvernementales qui ont trouvé que ça dénaturait le site.

Pour ma part, sans doute par besoin intense de couleurs dans cette période un peu grise sur beaucoup de plans, j’ai apprécié cet effet d’arc en ciel dont pourrait s’inspirer tant de monuments à travers le monde. J’ai d’ailleurs trouvé une tentative de – pâle – imitation à la Tour Eiffel, mais nous avons encore quelques efforts à faire pour être à la hauteur…

Bref.

Un peu de couleurs pour reprendre le fil quotidien de ce blougui, en vous souhaitant encore une année qui les retrouve (le couleurs), ça fait du bien.

Et c’est encore plus beau avec les oiseaux.

(Photos : Fazry Ismail, Christian Hartmann)

De passage en Malaise, je vous ai trouvé deux chanteurs pour le prix d’un. Veinards ! Enfin un chanteur et une chanteuse. Mais ça fait quand même bien deux.

Et en prime, vous avez droit à quelques images sportives (rares en ce blougui ?) puisque Jaclyn Victor et Vince se produisaient lors de la cérémonie de clôture des Jeux d’Asie du Sud-Est, qui se déroulaient en Malaisie en 2017. Le pays organisateur a largement gagné au tableau des médailles ! Je vous laisse juger sur le plan artistique…

Avec une pensée pour les Japonais qui flippent pour leurs Jeux Olympiques déjà retardés d’un an.