Distanciation ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“Pour rappel, le port de masque ne dispense pas d’une application rigoureuse :  

  • des gestes barrières,
  • de l’hygiène des mains
  • du respect de la distanciation sociale”

Ministère des Solidarités et de la Santé, Twitter, 15 mai 2020

*

Nos “responsables” politiques ont beau avoir rétropédalé sur la traduction approximative et malheureuse de social distancing, le lapsus demeure, le mal est fait et le terme reste largement utilisé. Mais dans cette période inédite, ce n’est pas le seul glissement sémantique qui nous est proposé (imposé). Dans son tout récent ouvrage, De la démocratie en Pandémie, Barbara Stiegler dénonce même (à la suite de Richard Horton, le rédacteur en chef du Lancet) l’usage abusif du mot pandémie.

Mais s’il n’y avait pas de pandémie, quelle raison pourrait invoquer le pouvoir pour continuer de jouer avec nos peurs, nos nerfs, nos vies, notre essentiel ?

Vous le saurez (peut-être) en suivant les prochains épisodes de cette maladie démocratique. Et en lisant l’ouvrage (d’une petite soixantaine de pages…) sus-cité.

Bref.

Non, je ne vois pas tout en noir, même si la météo et les photographies du jour s’y prêtent.

Des photos prises à Jérusalem dimanche dernier, lors des funérailles du Rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik, décédé des suites du Covid. Et peut-être aussi de vieillesse : il avait 99 ans quand même !

Un rabbin visiblement très apprécié des juifs orthodoxes qui sont venus en masse assister à ses funérailles, en violation des règles de confinement actuellement en vigueur dans le pays et malgré la demande (polie) de la police.

Laquelle police a dû reconnaître son impuissance à arrêter ce flux de près de 10.000 fidèles. Un peu comme le Likud de Benjamin Netanyahu qui ne parvient plus vraiment à séduire ses “alliés” des partis ultra-religieux.

Je cherche une morale à tout ça et une chute à ce billet. Mais j’ai du mal à en voir une (ou deux ?).

Repensant à l’ouvrage de Barbara Stiegler, j’espère juste que cette fausse pandémie n’aura pas totalement raison de nos démocraties, même si elles ne sont pas totalement vraies. Mais ce n’est pas gagné (lire ici, si le cœur vous en dit…)

(Photos : Ronen Zvulun, Menahem Kahana, Yonatan Sindel, Ariel Schalit)

À quelques kilomètres d’Israël et il y a quelques années de ça, un groupe de filles hassidiques faisaient “rocker Brooklyn.

The Bulletproof Stockings s’est dissout en 2016. Mais il reste quelques vidéos sur le web, dont cette prière facile : Easy Pray.