Dans mon assiette

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

“L’assiette pleine cache une assiette vide, comme l’être cache le néant.”
Raymond Queneau, Le Chiendent

Je suis bien content d’avoir déniché cette citation de Raymond Queneau qui figure parmi les auteurs préférés de ma bibliothèque en voie de disparition pour cause de ma phobie de l’encombrement liée (entre autres) à mes espoirs de déménagement qui s’amenuisent, pour diverses raisons que je ne développerai pas pour ne pas vous encombrer à votre tour avec mes péripéties intimes.

J’ajouterai juste à cette citation, à la lumière obscure (oxymore) du moment que nous vivons, que cette fausse pandémie dissimule des maladies bien plus graves, que certains tentent quand même de révéler dans le brouhaha sécuritaire et sanitaire.

Les militants de l’ONG brésilienne Rio de Paz (Rivière de Paix) ont ainsi installé 594 assiettes – vides mais marquées d’une croix rouge – devant le Congrès à Brasilia, pour alerter les parlementaires sur l’état d’urgence… alimentaire.

“La fin des aides d’urgence est inhumaine. Le gouvernement fédéral a décidé leur suspension en pleine pandémie et malgré la crise du chômage qui en résulte. Des millions de familles sont exposées à l’insécurité alimentaire. Notre objectif est de demander à chaque sénateur et député fédéral de lutter contre cette précarité, en votant un projet de loi prorogeant cette aide humanitaire”, a expliqué Antonio Carlos Costa, président de l’ONG (traduit par Google et adapté par votre serviteur).

En décembre dernier, au moment de l’annonce de l’arrêt des aides, Rio de Paz avait déjà installé ses assiettes au même endroit. Mais leur contenu était un peu différent.

Le gouvernement fédéral avait alors justifié la suppression des aides d’urgence par le respect d’une loi de 2016 qui interdit, pour 20 ans, l’augmentation des dépenses publiques au-delà de l’inflation annuelle.

20 ans ? Ca nous mène en 2036. Ca fait long pour l’urgence.

Et la honte a encore de beaux jours devant elle.

(Photos : Ueslei Marcelino, Sergio Lima)

Depuis toujours, abcdetc est en télé-blougage. Mais ma pratique de la télévie est égale à celle de la télévision : nulle ! Je ne suis même pas en télétravail, pour raisons administratives obscures (encore un oxymore), mais en travail à distance, alternant avec des jours en présentiel (mon mari ! je ne peux jamais m’en empêcher…)

N’empêche que j’aai bien été content de trouver ce téléconcert proposé par mes confrères de L’Obs (Nouvel observateur de jadis) qui nous permet d’écouter Kiko Dinucci, dont la chanson Olodé  est dédiée à Oshosi, esprit d’Afrique associé à la chasse, aux forêts, aux animaux, mais aussi esprit … des repas.

Ventre affamé n’a pas d’oreilles, dit le proverbe. Bonne écoute donc à ceux qui ont encore à manger…