Vive l’utopie !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“Une société sans pensée utopique est inconcevable. Utopie au sens de désir d’un mieux.”
Jean-Claude Carrière, Entretiens sur la fin des temps

*

Les gazettes, qui nous abreuvent depuis hier d’hommages après la triste nouvelle du décès de Jean-Claude Carrière, nous ont donné quand même donné cette semaine quelques bonnes nouvelles. En provenance d’Israël.

Je ne parle pas des applaudissements béats devant la “magnifique” campagne de vaccination de “l’État-nation du peuple juif” (depuis juillet 2018), pas seulement due à la bonne organisation du système de santé ou à la taille réduite de la population, mais aussi facilitée par une surenchère sur le prix des doses, doublée d’une collaboration avec le laboratoire Pfizer pour lui fournir les données médicales des vaccinés. Mais bon, cette fois-ci le Mossad semble s’y être pour rien.

Non, je veux parler de la décision de la Cour pénale internationale de considérer que sa “juridiction territoriale” s’étend aux territoires palestiniens, ouvrant ainsi -enfin – la voie à des enquêtes sur les crimes israéliens à Gaza et en Cisjordanie. Une  décision saluée par les Palestiniens mais dénoncée, naturellement, par Israël. Et tout aussi naturellement par le nouveau président étasunien, Joseph Robinette Biden, dans la droite ligne de son prédécesseur.

Si le procès de ces crimes de guerre n’est pas encore pour demain, c’est quand même un signe d’espoir. Ténu, d’accord.

Le procès de Benyamin Netanyahou, lui, a repris hier. Le toujours Premier ministre (et recordman du titre avec 15 ans de “règne”) est poursuivi pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires, dont il nie tout en bloc. Il n’a d’ailleurs daigné assister qu’à 20 minutes de son procès, laissant ses avocats se dépatouiller avec la cour. Et les manifestants avec la police.

Cette nouvelle étape du procès Netanyahou se tient à quelques semaines des nouvelles élections législatives du 23 mars (les quatrièmes en deux ans !) Et les soupçons de fraude et de corruption, comme la contestation croissante d’une partie de l’opinion israélienne, n’entame pas vraiment le crédit du Likoud , le parti de Benyamin Netanyahou, qui se maintient en tête des sondages. Reste à savoir avec qui, cette fois, il parviendra à bâtir une coalition…

Quant à connaître la date de la fin de l’apartheid en Israël… Mais, comme disait – presque – Jean-Claude Carrière (auquel je souhaite un voyage paisible vers l’inconnu) : [Vivre] sans pensée utopique est inconcevable.” 

(Photos : Emmanuel Dunand, Reuven Castro, Amir Levy, Maya Alleruzzo)

Et pour la musique ?

C’est un peu en tirant les cheveux de l’âne tout en sautant sur le coq, que je suis passé par la Suède (en souvenir de “l’affaire Toblerone” ou comment une ministre suspectée de magouille présenta sa démission) où le classement Shazam de la semaine m’a emporté vers l’Afrique du Sud, d’où sont originaires Master KG (Kgaogelo Moagi) et Nomcebo Zikode, qui ont commis ensemble … Jerusalema.

Et me voilà retombé sur mes pieds, pour mieux danser !

“Jerusalema ikhaya lami” (“Jérusalem est ma maison”), dit la chanson. Ça fait encore plus de monde à vouloir habiter au même endroit. Jérusalem devrait retrouver son statut de ville internationale.

Bref.

Si vous avez encore les pieds qui vous démangent après la première version, il y a un remix :