Demain est annulé

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

La citation du jour est annulée…

…et remplacée par l’image qui m’a inspiré le titre de ce même jour :

Une annulation décidée par solidarité avec les Cariocas et autres Brésiliens qui envisageaient d’aller à Rio (et peut être de monter là-haut) pour y célébrer le Carnaval.

Car la nouvelle est tombée sur le site officiel :

Le Carnaval de Rio 2021 définitivement annulé

Voilà… Le Carnaval de Rio n’aura pas lieu.

Ce n’était pas arrivé depuis 1912, en raison d’un seul décès, celui du ministre des Affaires étrangères, Jose Maria da Silva Paranhos Junior. Et encore, le Carnaval avait été alors juste reporté de deux mois. Mais le Covid-19 aurait causé la mort de 237.489 Brésiliens (2,5% des 9.765.455 cas déclarés et 0,11% de la population du pays…) et la crainte d’un cluster (foyer de contamination en français d’avant et je ne sais pas en portugais) a amené le maire de la ville à prendre cette sinistre décision.

Les retombées économiques sont considérables. On estime que pus de 70.000 personnes (danseurs mais aussi couturières, accessoiristes, forgerons, sculpteurs, peintres, menuisiers, restaurateurs…) vivent grâce au Carnaval. Les impacts psychologiques, difficiles à évaluer, risquent d’être encore plus graves.

Beaucoup de Cariocas ont l’impression que “la vie s’est arrêtée” et qu’ils sont “privés d’une part de leur âme”. Certains tentent de résister à la déprime en revêtant quand même leur costume : Anilson Costa sur ses échasses, Juliana Motta en alien, Dandara Machado Abreu en Cléopâtre, Marcus Vinicius Araujo et sa perruque bleue, Andre Basto en citrouille, Helena Schmidt prostrée dans son hamac ou Giulia Tucci et son mari Marcelo Azevedo réfugiés sur leur canapé, sur les images du jour aimablement fournies par Reuters.

Mais la tristesse est générale et contagieuse. Et contre cela, il n’y a pas non plus de vaccin.

Et ce n’est pas le lancement de l’application de réalité virtuelle, créée par la Fondation Joaquim Nabuco (Fundaj) et le Musée de l’Homme du Nordeste (Muhne) qui va consoler les Cariocas.

Pour ma part, ces alternatives technologiques, qui viennent tenter de nous faire oublier nos libertés disparues, me rendent encore plus triste. Ou me mettent en colère, ce qui est préférable selon les conseils d’une lectrice fidèle et avisée.

Mais, comme c’est le weekend – quand même – je vous le souhaite le meilleur possible. Et comme le conseille Anilson Costa du haut de ses échasses : “Portez un masque, lavez-vous les mains, partagez l’amour…”

Demain et la Saint Valentin ne sont pas annulés pour de vrai !

(Photos : Pilar Olivares, Ricardo Moraes, Rafael Furtado, Wagner Meier)

La musique résiste au silence de la vie que nous impose toutes ces restrictions sécuritaires. Et la chanson du jour en série de reprises est comme une évidence. Et tellement douce…

Depuis 1959 et son apparition dans le film Orfeu Negro de Marcel Camus, Manhã de Carnaval a connu plus de 570 adaptations, selon mon fournisseur officiel de reprises. Autant dire que je n’avais que l’embarras du choix pour en trouver neuf. J’ai privilégié les vidéos avec images vivantes, et vous pouvez donc écouter et voir :

    1. Breno Mello, doublé par Agostinho dos Santos, dans le film
    2. Dalida, qui outre cette adaptation en français dès 1959, a aussi chanté la même en italien ou en allemand (version pour laquelle je n’ai pas trouvé de vidéo)
    3. Caterina Valente et Luiz Bonfá
    4. Maysa
    5. Caetano Veloso et Luciano Pavarotti>/li>
    6. Luciana Elizondo et Quito Gato
    7. Muza
    8. Magnus Sjöquist et Ilessi
    9. Jose Feliciano