Laissez jouer les enfants !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

“Let the children play
Ellos tienen que jugar”
Carlos Santana, Let the children play

*

À abcdetc, on a (j’ai) quelques sujets favoris. Et je ne parle pas cette fois des oiseaux mais des enfants et des doudous qui souvent les accompagnent. Doudous quui parfois se perdent, comme m’en reste la douloureuse expérience, avec une lectrice bientôt mère à son tour (enfin, pour ma part, je suis resté père, très cisgenré que je suis), et pour laquelle je photographie encore tous les doudous perdus que je croise.

Les doudous du jour ne sont pas perdus et ils ont été photographiés par d’autres que moi, dimanche dernier à Guatemala (capitale éponyme du pays), où quelques dizaines de femmes et d’enfants ont manifesté à vélo et accompagnés de ces peluches aux yeux bandés, pour demander le droit de “jouer librement sans crainte de rien ni de personne”

Simplement.

Cette manifestation n’est pas la première du genre. La disparition puis l’assassinat de la petite Sharon Figueroa (en photo ci-dessus), il y a une semaine, non plus. Le pays détient d’ailleurs un sinistre record d’enlèvements d’enfants et d’infanticides (et de féminicides).  Selon l’organisation Unión Nacional de Mujeres Guatemaltecas (Union nationale des femmes guatémaltèques – UNAMG), plus de 60 filles et femmes ont été assassinées au Guatemala depuis le début de l’année.

Alors que se rouvre une nouvelle fois un débat sur le rétablissement de la peine de mort, les participantes de la manifestation Juguetes sin niñas (Jouets sans filles), ont plutôt réclamé un renforcement des systèmes éducatifs et judiciaires.

Quant aux enfants, ils réclamaient seulement “une vie digne”.

Je la leur souhaite tellement, vainement je sais. Comme je souhaite une vie digne à l’enfant à venir, tout prochainement.

(Photos : Johan Ordóñez, Fernando Cabrera, Elmer Vargas,
Carlos Hernández Ovalle, María José Longo)

En cherchant un artiste guatémaltèque pour illustrer cette rubrique, j’ai croisé Gaby Moreno, dont le nom me disait quelque chose. J’ai pensé à Dario Moreno, inoubliable Sancho de Brel en Don Quichotte et j’avais complètement oublié (l’ai-je su un jour ?) qu’Elisabeth Moreno était notre ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances… avant de me souvenir que Gaby Moreno était déjà passée par ici, avec sa version de Quizás en souvenir de vacances… Quand on pouvait en prendre librement !

Bref.

Voilà une des dernières vidéos de la belle (plus que Mauricette, oui…) Gaby ! où elle reprend une de ses chansons emblématiques : Fronteras. Qui parle aussi d’espoir…