Bas les masques !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17

“Personne ne peut porter longtemps le masque.”
Lucius Annaeus Seneca dit Sénèque ((4 av. J.-C.65 apr. J.-C.)

*

Personne ne peut soupçonner Sénèque de complotisme anti-sécuritaire. Mais vous pouvez toujours penser que j’instrumentalise une citation sortie de son contexte et des pages citations du Figaro.

Mais permettez-moi de dire encore que je supporte moins ce masque qu’on nous oblige à porter, sans réelle validation scientifique de son utilité, et que je ne parviens pas à les considérer comme un “accessoire de mode incontournable”. Ou alors, une fois encore, je suis carrément démodé, voire ringard.

Mais j’assume volontiers d’aimer voir les sourires.

Bref.

J’ai trouvé les photos de la série de ce weekend à partir d’un article chez mes confrères de l’excellente Boîte verte, qui relate la rencontre entre la photographe Inge Morath et le designer Saul Steinberg : venue lui tirer le portrait, la photographe fut accueillie par un farceur avec un sac en papier sur la tête sur lequel il avait dessiné un autoportrait.

Et c’est ainsi qu’est née, au début des années 60 du siècle passé, The Mask Series, dont j’ai glané quelques clichés en me promenant sur le web.

Des photos qui m’ont réconcilié avec une certaine idée du masque, qui n’est pas vraiment celle de nos “protecteurs”. Même si je ne suis pas certain de pouvoir adopter un modèle de masque inspiré de ceux-ci sans être mis à l’amende.

Mais le sourire est doux en ces temps qui ne le sont pas toujours.

(Photos : Inge Morath avec l’aide de Saul Steinberg)

J’avais déjà utilisé le titre du jour il y a près de 4 ans, pour un billet en rapport avec une autre pandémie : la corruption.

Il est devenu depuis le nom d’un site qui tente de nous réinformer dans l’ambiance délétère actuelle, où le masque semble dissimuler toute information déviante. Au cas où vous aussi préfériez les “rassuristes” aux manipulateurs d’angoisse, je vous partage son adresse et quelques autres :

Et dans un autre style, mais pas sans rapport :

Un peu plus loin dans la Boîte verte, il y avait un billet nous proposant 34 modèles d’avions en papier

Ce qui m’a fait penser aux Cowboys fringants et leurs Étoiles filantes, dont j’ai dû subir quelques dizaines de reprises pour fabriquer cette mini mosaïque.

Avec :

  1. L’original, par les Cowboys fringants (sans les avions lancés par les spectateurs lors des concerts)
  2. Le groupe Helium
  3. Un version allemande par Svenja Uslu
  4. Le groupe La Grand-Messe, qui atteignait 44 vues en 2 ans quand je les ai dénichés (mais je ne me moque pas, abcdetc a touché au maximum 84 lecteurs cette semaine, et encore je n’ai toujours pas compris pourquoi un tiers des visiteurs de cette semaine se sont intéressés aux promenades de chou de l’artiste chinoise Han Bing)

 

Et si vous souhaitez continuer avec les Cowboys fringants, j’ai aussi trouvé un de leurs derniers “concerts”, mais toujours sans avion en papier parce que sans public (vers 1h10)…

Quelle triste époque !