L’eau de Vie

, ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3

“Que d’eau, que d’eau !”
Mac-Mahon, (1808-1893), à la vue des inondations catastrophiques, Toulouse, 26 juin 1875.

*

J’y pense chaque matin sous ma douche après avoir bu mon café.

Non ! Pas au maréchal Patrice de Mac-Mahon, fossoyeur de la Commune de Paris (toujours vivante ?) avant de devenir Président d’une sale République. Mais à toute cette eau à ma disposition, tellement facilement.

Et en cette Journée mondiale de l’eau, je partage cette pensée avec vous. Et avec les 2,2 milliards de mes concitoyens du monde qui n’ont “pas accès à une eau salubre”, comme nous le rappelle l’ONU, qui réaffirme son “objectif de développement durable 6 : eau propre et assainissement, pour tous d’ici à 2030” (malgré, à l’heure où j’écris, un plantage de base de données un peu fâcheux…)

Avec une pensée toute particulière pour Ansha, la jeune Éthiopienne de 12 ans qui a servi de modèle pour le portrait géant de près de 60 mètres, dessiné sur la plage de Whitby (Yorkshire) par des bénévoles de l’association WaterAid, sur le site de laquelle j’ai pu trouver la photo originale.

Avec le timide espoir que d’ici 9 ans, comme le prévoit l’ONU, l’accès à l’eau potable soit une réalité pour chacun, comme pour Ansha, même s’il sera un peu trop tard pour qu’elle puisse aller à l’école au lieu d’être de corvée d’eau.

Il n’est jamais trop tard pour espérer !

(Photos : Danny Lawson et WaterAid)

Ce Chant pour la guérison des Eaux planétaires est inspiré d’un mantra Japonais, La Grande Invocation, promu par le Dr Masaru Emoto pour la Paix dans le monde.

La chanteuse Nalini Blossom l’a adapté et le chante ici sur les rives du lac Atitlan, sous le regard de Tata Pedro Cruz, l’un des rares membres survivants du Conseil maya des anciens de Tz’utujil.

Je ne crois pas trop aux prières et invocations, mais quand elles demeurant sans prosélytisme, je les respecte. Et puis la psalmodie est belle…