Sortir les clowns

,

Slide 1
Slide 2

“Un poète c’est un clown avec des mots.”
Steve Lambert (Acupuncteur, Auteur, Libre-penseur)

*

J’aurais tant aimé être clown (ou funambule) poète (ou autre écriveur). Je ne suis qu’un modeste (?) blouguiste.

Bref.

J’ai reçu ce matin une lettre d ‘info de l’association Clowns sans frontières qui me proposait de célébrer la Journée Mondiale du Cirque.

Je me réjouissais à cette perspective et du plaisir que j’allais partager avec vous. Surtout en cette période où le cirque politico-sanitaire de nos clowns irresponsables me fait de moins en moins rigoler…

Le clown (cocaïnomane ?) présidentiel
s’attaquant au “problème de la drogue” dans un point de deal… démantelé,
à Montpellier, le 19 avril 2021
Photo Guillaume Horcajuelo

…et le jour où j’apprenais qu’une de mes jeunes collègues venait de mettre au monde un petit … Achille.

Et je vous glisse cette photo, qui orne les murs du bureau du travail qui me paye, du grand clown de mon enfance, Achille Zavatta, dont j’aurais bien aimé trouver aussi une citation à mettre en exergue de ce billet (mais j’ai trouvé une vidéo, si ça vous chante…)

Achille Zavatta dont je ne me console toujours pas du suicide. Mais on ne va pas se laisser aller à pleurer pendant la Journée Mondiale du Cirque.

Même si, la journée est passée. C’était samedi. Et Clowns sans Frontières m’a prévenu un peu tard. Désolé…

Pour vous consoler (d’avoir raté la journée comme du suicide de Zavatta), je vous ai déniché le message envoyé aux circassiens à l’occasion (de la journée) par le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral (sic), qui cite même son ami et pape François, qui salue dans cette période ô combien difficile “la disponibilité de tous les artistes à recommencer à susciter des sourires et du bonheur chez les enfants et les adultes”.

J’aurais bien voulu (aussi) être un artiste, si un certain Balavoine ne me l’avait pas soufflée.

Et si vous êtes encore un peu triste, ou même si vous en avez l’air… je vous ai aussi déniché deux photos (tout en haut de cet article), qui datent d’une semaine avant ce samedi qu’on a raté et où l’on voit une femme costumée en clown à l’occasion du Carnaval de BoogelWoogel, dans la station de Rosa Khutor, quelque part en Russie.

Ne m’en demandez pas plus : je ne comprends rien au russe et à son alphabet.

C’était juste pour se souvenir qu’il existe d’autres mascarades que celle qu’on nous impose depuis des mois sans raison. Et qu’une fois que les masques tombent (ou remontent sur le front), il n’y a plus de raison d’avoir peur…

(Photo : Dmitry Feoktistov)

Au fait. Si j’ai raté samedi la fameuse journée circacienne, je suis arrivé pile-poil à l’heure pour danser devant le TNP occupé. A midi donc, comme plein de gens de ce pays. Ce qui nous donne une mosaïque du samedi, même si nous sommes mardi…

Danser encore, par :

  1. HK (qui nous avait déjà offert ce fameux On lâche rien…)
  2. Plein de gens dans une sympathique compilation de rassemblements nationaux
  3. De vrais danseurs privés de danser par l’assèchement culturel imposé par des incultes de l’humanisme
  4. Quelques artistes en forêt de la Vallée du Cousin (Yonne) qui ont trouvé d’encore plus belles paroles (merci au passage à la lectrice qui ma fait parvenir cette version…)