Allo la terre ?

Slide 1
Slide 2

“Ah oui, parlons-en de la Terre
Pour qui elle se prend la Terre?
Ma parole, y’a qu’elle sur Terre
Y’a qu’elle pour faire tant de mystères”
Edith Piaf, Mon manège à moi
(paroles Jean-Louis Constantin et Norbert Glanzberg)

*

Au cas où la nouvelle vous aurait échappé pour cause de saturation d’informations covidesques et cauchemardesques qui vous feraient éviter tout journal écrit ou autre, sauf ce bougui merci, c’est aujourd’hui le Jour de la Terre.

Il paraît que ça fait plus d’un demi-siècle que ça existe et, franchement, ça ne se voit pas à l’œil nu. Ni avec les autres sens. Moi qui pratiquait déjà cette planète en 1970, j’ai tendance à croire (à voir…) que notre monde empire.

Il faut dire qu’une journée par an, ça ne fait pas beaucoup.

C’est peut-être pour ça, pour mettre les bouchées doubles, que le nouveau président étasunien, celui qui tente (avec un certain succès médiatique) de faire croire que là bas “le changement c’est maintenant”, a “convoqué” (sic) ces homologues pour un sommet de deux jours.

Si ça vous intéresse vraiment et si vous croyez encore à la réelle bonne volonté de ces clowns, vous pouvez suivre les “débats” sur le site de la Maison Blanche ou sur Youtube… Attention, c’est en VO sous-titrée en … anglais. Et l’inévitable traduction en langues des signes doit être dans le même langage, j’imagine.

Au moment où je me suis connecté, c’était Kristalina Georgieva, Directrice générale du très écolo FMI, qui blablatait à propos du prix du charbon, mais j’ai aussi apercu John Kerry (le retour) ou Narendra Modi tout barbu, et notre président, en français dans le texte (?) soudain interrompu par Vladimir Poutine, le temps qu’on lui retrouve un traducteur. Savoureux !

Bref, aucun intérêt. Ce sommet aurait tout aussi bien figurer au programme de la Journée du cirque de samedi dernier…

Je vous propose plutôt de regarder cette vidéo produite pour l’occasion par nos amis canadiens…

... ou de lire la la “tribune de Greta Thunberg pour faire face à la crise climatique”, proposée en exclusivité par Vogue, dont vous ne vous doutiez pas plus que moi que c’était un des piliers de la lutte contre le changement climatique, mais qui entre deux publi-reportages pour Vuitton ou Burberry, s’engage réellement à fond pour cette journée, avec quelques articles … de fond : 3 marques françaises qui s’engagent concrètement pour la planète, 6 astuces faciles pour une garde-robe responsable, 7 marques de beauté qui s’engagent pour la planète, 18 bijoux aux nuances naturelles qui mettent à l’honneur la planète Terre, 36 façons de faire du greenwashing... Je jure que je n’invente rien, sauf le dernier !

Mais bon, la petite Greta Thunberg, même si elle manque de discernement, n’a toujours pas sa langue (sa plume) dans sa poche, et je suis assez d’accord avec la conclusion de sa tribune “exclusive” : “Nos rois sont nus, à nous de les dénoncer, mais attention à ne pas tomber dans le fossé.”

Quelques rois nus de second plan ont signé une autre tribune dans Libération, dans laquelle ils appellent à “passer des discours à l’action” à travers une transition écologique, toujours aussi floue que sans réelle ambition de rupture… “Le changement dans la continuité”, autre slogan électoral recyclé.

Bref. rien de bien nouveau ni très encourageant sous ce soleil qui nous chauffe de plus en plus fort.

Bon, je vous ai trouvé deux photos pour illustrer dignement quand même cette journée particulière qui fête son âge de Pastis (51 ans) :

  • La première a été prise le 24 décembre 1968, par l’équipage d’Apollo 8, et nous montre un “lever” de notre belle et fragile planète.
  • La seconde a été prise lundi 19 avril dernier, au-dessus d’un immense terrain vague à Shenyang, la capitale de la province du Liaoning (nord-est de la Chine), où s’entassent des milliers de bicyclettes de location abandonnées.

Je ne sais pas si vous distinguez la différence en un demi-siècle. Mais ça permet de mesure l’impact du vélo, dont nos gentils écolos signataires libérés font régulièrement l’éloge sans vouloir réellement s’occuper d’autres sujets moins anecdotiques et moins consensuels (consommation, logement, alimentation, partage des richesses et des biens communs…)

J’espère pourtant.

Bonne journée, et les suivantes, à la terre et à vous.

(Photos : DR)

Pour témoigner de ma part d’optimisme, j’ai réussi à dénicher un terrain d’entente – musicale – entre la Chine et les Etats-Unis, avec le duo Fade to blue, qui réunit la joueuse de pipa taïwanaise (ne chipotons pas…) Chung Yufeng et le guitariste étasunien (d’origine) David Chen.