Inactifs encore aujourd’hui ?

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

“Dur de vibrer pour des lendemains qui chantent quand on sait qu’on ne fera pas partie de la chorale.”
Guy Bedos

*

C’est à cause du titre et de demain, qu’en pensant aux lendemains qui chantent, j’ai trouvé la phrase de Bedos.

Mais c’est d’hier que je vous parle aujourd’hui.

Hier où l’on fêtait le 35e anniversaire de Tchernobyl. Enfin, quand je dis fêtait. Quoi que.

An avril 1986, alors que les Allemands faisaient dans leur froc, même pas assez protégés par le mur qui coupait encore le pays en deux, en France on découvrait la cohabitation en même temps (oui, déjà !) que la magie météorologique qui nous épargnait de subir le nuage radioactif en provenance d’Ukraine :

 

“Faire la différence entre le possible et le réel…“ C’est beau.

Mais ça fait 35 ans.

Aujourd’hui ce n’est plus du tout pareil. Nos dirigeants comme nos journalistes ne cherchent plus à nous rassurer, et rassuriste est même devenu une insulte. Et, bien au contraire, on nous incite depuis plus d’un an à la panique. Qui rime avec pandémique.

Mais de là à croire qu’on nous ment ou qu’on manipule moins les “informations” qu’il y a 35 ans… Qu’on qui rime avec con !

Allez, je dédie ce billet (et toutes les lumières allumées en Ukraine ces jours derniers) à toutes mes amies qui ont connu des problèmes de thyroïde. Et à tous les vaccinés du moment, pendant que j’y suis.

Et pour ceux qui s’interrogeraient sur le sens du titre du jour, j’ai eu bien du mal à retrouver une image avec ce pourtant fameux slogan d’un temps où Internet n’existait pas.

(Photos Pierpaolo Mittica, Sergei Supinsky, Serhil Nuzhnenko)

Suite à la demande d’Oleksandr Tkachenko, ministre ukrainien de la Culture, Tchernobyl pourrait être inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité. Après Hiroshima et Auschwitz, pourquoi pas ?

En cette période où il vous sera difficile de vous joindre aux plus de 100.000 touristes qui visitent déjà chaque année les lieux de la catastrophe, je vous ai trouvé une musique avec quelques images de Pripyat, la ville fantôme pour encore quelques siècles.

Life is golden, ça veut bien dire La Vie est dorée ?