Vaccin : effets secondaires ?

, ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“Bien sûr le temps qui va trop vite…”
Jacques Brel, Voir un ami pleurer

*

D’après quelques recherches sur le web, le mot “procrastination” serait apparu au XVe siècle sous la plume de traducteurs de textes latins savants, et dérivé de “procrastinato” signifiant “délai” (crastinus = lendemain). Le mot a disparu peu à peu, puis est revenu à la mode au cours du XIXe siècle, notamment sous la plume de Proust, avant de se banaliser dans notre époque où le temps nous est compté et où nous avons tant de choses à faire.

Bref.

Ce billet a pris du retard et l’actualité l’a rattrapé et dépassé.

Hier Lundi soir donc, Fabienne Sintes proposait une nouvelle émission publicitaire autour du “vaccin” et de la nouvelle accélération de la campagne de propagande.

Mais, contrairement à l’habitude (oui, je suis un habitué du Téléphone sonne où mes interventions se font plus rares…), le texte qu’elle a lu à l’antenne était différent de celui qu’elle a mis en ligne sur le site de sa radio d’état.

Alors je suis allé réécouter pour être sûr que j’avais bien entendu. Lundi soir, l’introduction était shuntée, mais depuis (suite à ma demande par mail ?) l’intégralité du discours liminaire est de nouveau audible, dont cette phrase mémorable :

“Nous avons face à nous l’exemple israélien, les images sans masque une fois un gros pourcentage de vaccination atteint, un retour à une vie quasi normale. voire normale, totalement normale.”

Ah ?

À la même heure que ce salut journalistique à une vie normale, des centaines de Palestiniens étaient blessés suite à l’attaque de l’esplanade des Mosquées par les “forces” israéliennes. Et Gaza comptait déjà ses morts.

Depuis, la situation n’a fait que s’aggraver et les morts se comptent par dizaines, au point que Joseph Robinette Biden Jr. et ses acolytes ont fait part de leur “préoccupation”, tout en rappelant – bien sûr – “le droit d’Israël à se défendre”. Mais rien – bien sûr – sur le droit des Palestiniens ?

C’est le retour à la vie normale en Israël, en Palestine et dans le monde.

Tellement normale, que les manifestations de soutien au peuple palestinien victime d’apartheid* sont en passe d’être interdites dans notre pays, sous prétexte que, selon le sinistre préfet Didier Lallement** “il existe un risque sérieux que les affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes ne se transportent sur le territoire national”.

(* Je rappelle au passage que si Israël s’offusque aujourd’hui d’être désigné comme pratiquant un apartheid par Human Rights Watch, la majorité de la population souhaitait naguère l’instauration d’un tel régime de discrimination.
** Et je rappelle également que nous devrions commémorer aujourd’hui le 80e anniversaire de la “rafle du billet vert”, à la suite de laquelle 3700 juifs furent arrêtés par la police française…)

Cette entrave au droit de manifester s’accompagne d’une censure sur les réseaux sociaux (merci à Edgar Morin pour avoir relayé le message). Censure qui ne vise – étonnement  ? – que les Palestiniens ou leurs soutiens.

Les défenseurs de la “démocratie” israélienne (qui bafoue le droit international en lançant l’annexion du quartier de Sheikh Jarrah en violation du droit international…) sont eux tout à fait libre de s’exprimer.

Même s’ils dérapent.

Ainsi de Manuel Valls, ex Premier ministre et aujourd’hui conseiller municipal de Barcelone, ou Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, qui ont tout deux défendu sur Twitter une démocratie “agressée” ou “attaquée”, en illustrant leurs propos d’une photo des attaques… contre Gaza !

Si l’erreur est humaine, celles-ci (corrigées depuis) témoignent de la fiabilité toute relative de certains de nos “responsables” politiques.

Pour ma part, j’ai laissé en tête de cet article les quelques photos que j’avais trouvées lundi soir, qui ont bien été prises à Jérusalem, sur lesquelles ont distingue nettement que certains manifestants palestiniens ne respectent pas les gestes barrières, compromettant ainsi gravement le retour “à une vie quasi normale. voire normale, totalement normale”.

Aujourd’hui, Israël va tristement célébrer le 73e anniversaire de son indépendance. Demain, les Palestiniens auront-ils le droit de commémorer la naqba ?

(Photos : Ilia Yefimovich, Laurent Van Der Stockt, Mahmud Hams)

En guise de musique du jour, j’ai eu juste envie de relayer ici un message posté sur Twitter par la rabbin et conteuse Delphine Horvilleur, qu’abcdetc a déjà eu l’occasion de saluer ici ou .

On m’a si souvent traité de naïf que je ne suis pas certain d’être sage. Mais je reste, obstinément, du côté de la paix…