Tentative avortée de prise de hauteur

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24

“Quand on me prend de haut, j’essaie de prendre de la hauteur…”

*

C’est à peu près ce que m’a dit hier mon gardien d’immeuble que j’ai croisé balayant les escaliers alors que je sortais faire quelques cours.

Ayant moi même volontiers l’esprit d’escalier, j’ai sauté sur l’occasion de prendre de la hauteur que m’offrait la première photo du jour, une vue aérienne d’un quartier de Jakarta où les toits des maisons ont été peints par les autorités locales. Me demandant ce que cette coquetterie esthétique pouvait bien changer au quotidien des habitants et repensant à l’étape kenyane du projet Women are Heroes de mon homonyme JR, je suis donc allé chercher quelques images complémentaires.

J’ai donc demandé à une agence photographique de renom chez qui je me fournis régulièrement (Getty) de rechercher “Jakarta painted” et j’ai fait connaissance … des Silver Men.

Ces personnages d’argent (en ancien français) ou manusia perak (en indonésien) sont des femmes, hommes et enfants qui se peignent ainsi pour distraire les passants ou les automobilistes en échange de quelques pièces. La crise sanitaire, et les millions de chômeurs qu’elle a généré, a augmenté leur nombre et baissé les revenus de chacun, qui frôle les 5 dollars par jour (dans un pays où le salaire mensuel moyen approche les 1000$). De plus, le mélange dont ils s’enduisent le corps est toxique et aggrave leur état de santé (voir ici le reportage que leur a consacré la chaîne Vice TV).

Quittant les toits des maisons pour revenir à hauteur de trottoir, j’ai alors pensé aux hommes (et femmes ?) d’argent qui se sont enrichis durant (on a passé la barre des 10.000 milliards de dollars pour 2.189 personnes) et grâce à la pandémie (9 nouveaux milliardaires grâce aux vaccins contre la Covid-19), tout en regardant Aril et Angga (14 ans), Rendi (12 ans), Aldi (8 ans), et leurs aînés Santi (24 ans), Lisda (34 ans, enceinte de son sixième enfant), Junaldi (40 ans) et les autres risquer leur vie pour la gagner.

Il n’y a qu’une seul monde, fracturé d’inégalités. Croissantes.

(Photos : Bay Ismoyo et Ulet Ifansasti)

Reprenant de l’altitude et mon envol, j’ai croisé la Cap-Verdienne Carmen Souza qui, dans son nouvel album The Silver Messengers, rend hommage à la vie et la musique du pianiste Horace Silver, aux racines cap-verdiennes.