Tout le monde à poil

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33

Angela Merkel s’est offert hier un voyage en Grèce. De 6 toutes petites heures. Sans doute pour ne pas passer pour une fainéante aux yeux de ses électeurs. Peut être à cause de l’accueil.

Car si le Premier ministre Antonis Samaras a reçu la chancelière avec tous les égards dus au protocole et au soutien qu’elle était censé venir lui apporter, le peuple grec a exprimé ses doutes sur la qualité de ce soutien.

Depuis la veille, plusieurs milliers d’Athéniens manifestaient leur hostilité, et hier, mardi, ils étaient plus de 25.000 dans le centre de la capitale, brandissant des pancartes rédigées en plusieurs langues pour mieux se faire comprendre (je ne vous traduis pas tout…) et allant même jusqu’à amalgamer l’Allemagne moderne à un IVe Reich. Ce qui n’est pas plus excessif que les propos du président du Crif, Richard Prasquier, assimilant dimanche l’islamisme radical au nazisme. Passons.

Face à ces milliers de manifestants, il y avait 7.000 policiers dans les rues d’Athènes. Il y au moins en Grèce un secteur d’activité épargné par la rigueur.

Moralité ? Alors que d’habitude c’est l’Europe et sa locomotive allemande qui étranglent le peuple grec et le mettent à poil, hier ce sont les “forces de l’ordre” grecques qui s’en sont chargé.

Quoi que pour le type à poil, la rigueur m’oblige à dire qu’il s’y était mis tout seul.

Et pour les photos d’Angela Merkel nue (je mets ça pour les moteurs de recherche et faire venir des lecteurs : savez-vous au passage que le plus grand nombre de recherches aboutissent sur cette page où la chancelière est loin d’être nue… ?), pour les photos d’Angela Merkel nude (bis pour les lecteurs anglophones), ce sont soit des publicités pour un fabricant de lingerie (en 2009), une couverture du magazine polonais Wprost (en 2007), ou encore un bas relief du sculpteur allemand Peter Lenk intitulé Ludwigs Erbe (2008).

Non, je n’ai pas mis toutes celles que j’ai trouvées…

(photos : Sakis Mitrolidis, John Kolesidis, Yannis Behrakis, Pantelis Saitas, Thanassis Stavrakis, Louisa Gouliamaki, Lefteris Pitarakis, Robert Geiss, Aris Messinis, Hannibal Hanschke, Orestis Panagiotou, Grigoris Siamidis, Alkis Konstantinidis, Jon Kolesidis, DR)

Meshell Ndegeocello a peur de rapport avec Angela Merkel. Même si elle est né à Berlin, la bassiste-chanteuse a grandi aux Etats-Unis.

Dans son dernier disque, Pour une âme souveraine, elle rend hommage à Nina Simone, comme avec ce morceau, See Line Woman, capté live par chez nous en juin dernier :

Et pour encourager les Grecs, j’ajoute une vidéo enregistrée le même jour. Un extrait du précédent disque de Meshell Ndegeocello, Weather, et qui a pour tire… Chance :