Une espèce de genre humain(e)

,

Slide 1

Ce n’est qu’hier matin, après avoir posté un billet d’hommage aux victimes turques de la terreur, que j’ai appris en parcourant les galeries photos de mes confrères que se déroulait la Journée internationale de la fille (International Day of the Girl Child en version originale).

Trop tard pour en faire le sujet du jour. Mais j’espérais trouver plein d’articles et de photographies pour alimenter ce billet du lendemain.

Seulement, au moment de rédiger ce nouvel article, l’information sur le sujet était bien pauvre sur Internet et l’iconographie encore plus.

J’ai donc conservé cette image de Rafiq Maqbool, qui a photographié la petite Lali, qui vend ses ballons dans les rues de Bombay au lieu d’aller à l’école. Pourtant “obligatoire” depuis plus de 5 ans !

Et, en complément de légende et pour nourrir vos réflexions, j’ai trouvé cet article sur le site … Aujourd’hui la Turquie, qui rappelle quelques chiffres collectés par le fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’ONG Plan International, qui est à l’initiative de cette journée.

  • Près d’un quart des filles âgées de 15 à 19 ans dans le monde (soit environ 70 millions) rapportent être victimes d’une forme de violence physique depuis l’âge de 15 ans.
  • Environ 1 fille de moins de 20 ans sur 10 (près de 120 millions) a subi des rapports sexuels forcés ou d’autres actes sexuels forcés.
  • 1 adolescente sur 3 âgée de 15 à 19 ans qui a été mariée (soit 84 millions) a été victime de violences psychologiques, physiques ou sexuelles perpétrées par son mari ou son partenaire.
  • Dans certains pays, jusqu’à 7 filles sur 10 âgées de 15 à 19 ans ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle n’ont jamais demandé d’aide. Beaucoup d’entre elles expliquent qu’elles n’ont pas considéré cette violence comme telle.
  • Actuellement, plus de 700 millions de femmes dans le monde ont été mariées avant leur 18ème anniversaire et plus d’1 sur 3 s’est mariée avant l’âge de 15 ans.
  • 11,3 millions de filles âgées de 5 à 17 ans sont actuellement esclaves domestiques dans le monde.
  • Et enfin, 62 millions de filles restent privées d’éducation, soit 1 fille sur 5 dans le monde.

La lecture de ces chiffres donnent le vertige et – en creux – une sale image de la gente masculine qui inflige les violences physiques et sexuelles subies par ces gamines.

Quant à l’inégalité dans l’accès à l’éducation pour toutes, il m’a évoqué un article de la semaine dernière, qui m’a amené à parcourir une Étude des représentations sexuées et sexistes dans les manuels de lecture du CP dans laquelle j’ai notamment appris que l’on décomptait dans ces manuels “251 sorcières pour 6 sorciers (soit 97,7 % de sorcières), et seulement 4 magiciennes pour 41 magiciens (soit 8,9% de magiciennes)”.

Je sais, j’ai un peu arbitrairement choisi ma citation et il y a bien d’autres stéréotypes sexistes dénoncés par le centre Hubertine-Auclert (Centre francilien de ressources pour l’égalité femmes-hommes) qui a édité cette étude. Mais rien sur les 62 millions de fillettes privées de lecture. Mais pas de tâches ménagères.

(photo : Rafiq Maqbool)

(Photo Dmitry Lovetsky)

Une photo qui n’a rien à voir, sinon que je l’ai trouvée dans la même galerie d’images où souriait la petite Lali.

Celle-ci a été prise en Biélorussie, où les élections présidentielles de ce dimanche ont reconduit, sans vraiment de surprise, Alexandre Loukachenko pour un 5e mandat, avec un score de 83,49% des suffrages à faire pâlir d’envie tous ses confrères en démocratie…

Bref.

Je n’ai pas réussi à retrouver la trace de la chanteuse qui se produisait dans le bureau de vote de Smilovichi, à une cinquantaine de km de Minsk, devant un public plus clairsemé encore que celui d’abcdetc.

Mais, après quelques détours par les participantes bélarusses aux concours Eurovision, j’ai mis la main sur By Cry, via leur participation au festival polonais Basovichtcha, le “Woodstock Bélarusse”.

Sans oublier d’adresser mes félicitations à une autre Bélarusse, Svetlana Alexievitch, pour son prix Nobel.

Plus mérité que certains…